En stock
Prince Charles d'Arenberg
Imprimer Partager
Rosier arbuste
Hybride remontant

produit bio Prince Charles d'Arenberg

  • Obtenteur: Soupert et Notting
  • Date d'obtention: 1888
  • Parents: Dupuy Jamain x Mme de Sévigné
Rusticité Z5 (-28°C à -23°C)
Mode de production Greffé sur place
Exposition Soleil
Couleur Rose
Hauteur 1,5 m
Sol Tout sol
Largeur 1,5 à 2 m
Floraison Remontant
Parfum 5/5

15,00 €

Produit actuellement indisponible.

Détails

Descriptif

Fleur globuleuses très parfumées

D'un rose à la fois doux et intense, satiné, aux revers des pétales plus "argentés", Prince Charles D'Arenberg est assurément une superbe rose ancienne.

D'une forme globuleuses d'abord, elles semblent n'en pas finir de dévoiler, en s'ouvrant, des pétales toujours plus nombreux. Enfin, un oeil en bouton se laisse et voir et parachève les spectacle de son épanouissement.

Le parfum est à la mesure de la fleur, délicieux.

L'arbuste à tendance à crouler sous le poids de ses fleurs et adopte volontiers un port cascadant.

Fait remarquable pour une rose de cette facture, elles remontent en automne, avec, toutefois, une générosité moindre qu'au printemps.

Pour l'amateur:

Le Prince Charles d'Arenberg (1587-1640) fut un diplomate des Pays-Bas, alors rattachés à la Couronne d'Espagne. Il participa à la rébellion contre celle-ci, ce qui lui valut d'être arrêté et déporté à Madrid,où il mourut.

La rose, elle, est d'origine luxembourgeoise. Du moins s'il s'agit bien de la vraie...

En effet, le rosier Prince Charles d'Arenberg est réputé être issu du croisement de Dupuy Jamain (un hybride remontant d'Hippolyte Jamain, 1868) et de Mme de Sévigné (un bourbon dû à Moreau-Robert, 1874).

Or, la rose que nous connaissons aujourd'hui, avec ses airs de petite centifolia mâtinée de Damas, si elle est certes remontante, est bien loin de sa parenté, en termes de caractères végétatifs.

Ses tiges, ses aiguillons, ses feuilles mates, tout chez elle évoque les vieilles roses européennes alors que ses deux parents se rapprochent déjà des roses modernes, avec leur végétation bien typique de l'influence des roses de Chine.

Il est à noté toutefois que la Mme de Sévigné que nous connaissons aujourd'hui n'est pas, selon certains, la variété d'origine. Mais la vraie, que nous la connaissions ou non, fut bien, dès sa création, classée parmi les bourbon. Il est donc légitime de supposer qu'elle en possède les caractères.

Par conséquent, je suis porté à croire que le Prince Charles d'Arenberg est un imposteur. Ce qui, si ça ne nuit pas à ses qualités, ajoute peut-être encore à son charme...

(Peut-être aussi, son ascendance est-elle erronée.)